Karl Lagerfeld entraîne Chanel à la plage pour un bain de jouvence

104
0

En été, on va à la mer. Karl Lagerfeld a fait défiler les femmes Chanel sur une plage plus vraie que nature au Grand Palais, apportant fraîcheur et couleurs au dernier jour de la Fashion week parisienne

Sous la grande verrière, le Grand Palais, cadre habituel des shows Chanel, qui a déjà accueilli une forêt, un paquebot ou les quais de Seine avec ses boîtes de bouquinistes, une plage a été recréée avec du sable, des vagues, une dune en arrière plan, un nageur sauveteur haut perché en débardeur polo, qui sera le dernier à quitter la scène.

Alors qu’il pleut dehors, la lumière crée l’illusion d’une journée ensoleillée, le bruit des vagues apaise, la collection printemps-été 2019 justifie enfin son nom au neuvième jour d’une « semaine » du prêt-à-porter inhabituellement monochrome, voire noire, en clôture des grands rendez-vous de la mode après New York, Londres et Milan.

Vanessa Paradis, Pamela Anderson et Inès de la Fressange posent sur fond de vagues. « Je me suis trompée de look, j’aurais dû mettre un maillot de bain« , plaisante une invitée.

La première mannequin marche les pieds nus, la veste du tailleur jupe est ouverte, des colliers habillent la peau nue. Le logo Chanel est omniprésent sous plusieurs formes: en boucles d’oreille, sur la ceinture noire, les mitaines noires — CHA à droite NEL à gauche –, sur un collier de la même manière. Les sacs se portent par deux, ici noirs matelassés identiques, en bandoulière, un à droite, l’autre à gauche. Suivent ensuite des looks encore plus décontractés, des leggins ou cyclistes noires avec des vestes de tweed, oversize.

Recyclage

Le confort est au rendez-vous, les mannequins enfilent des mules avec un petit talon transparent lorsqu’elles poursuivent le défilé sur un podium au pied des gradins, également couverts de sable.

La mannequin du moment Kaia Gerber, fille de Cindy Crawford et égérie de la maison, défile en pantalon noir étroit assorti d’une chemise blanche aux épaules exagérées et avec d’énormes poches frappées des lettres de la marque sur la poitrine.

On retrouve également le logo déstructuré de la même manière sur les casquettes à double visière, en avant et en arrière, une pièce forte de la collection. Les tailleurs en tweed revisités se déclinent dans toutes les nuances de vert, de rose, de jaune et de bleu.

Les silhouettes sont légères et casual chic. Une veste sans manche bleu azur oversize se porte avec un pantalon ample en dentelle blanche et une casquette de paille. La bouche est rouge en toute circonstance, pour raviver une petite robe en tulle noire ou avec un maillot de bain à l’imprimé en forme de parasols.

Ce motif s’invite aussi sur des robes et des paréos. Autre clin d’oeil à la thématique de la plage, un mini-sac noir en forme de coquille Saint-Jacques avec une chaîne argentée. Les pans avant du pantalon jupe s’ouvrent à l’aide de zip pour que rien n’entrave le mouvement. L’allure est rajeunie, la communication se veut aussi moderne.

Critiqué en mars par les écologistes pour avoir abattu des vieux chênes pour le décor de son défilé automne-hiver, Chanel déclare dans une note de présentation de cette nouvelle collection qu’elle s’engage « à recycler, réemployer, réutiliser et/ou valoriser les éléments qui composent les décors de ses défilés ». (AFP)

Photo: Bertrand GUAY / AFP; Chanel SS19, CatwalkPictures

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire s'il te plait
Veuillez entrer votre nom ici

*

code