in

Les 10 tendances mode été 2022 repérées à la PFW

Dans la lignée des fashion weeks traditionnelles et leurs défilés grandioses, vient de s’achever celle de Paris. 9 jours d’exhibitions démesurées durant lesquels les tendances du Printemps-Été 2022 ont été dévoilées mais, où LA tendance de fond, était surtout celle du bonheur de renouer avec le public ! On y retrouve aussi les principales tendances sociétales : mode inclusivepréoccupations écologiques ou regard caricatural sur les corps… 10 bonnes raisons de penser que l’été s’ra show !

1/ Le sport, une cool attitude de rigueur

©Dior // ©Dior // ©Stella Mc Cartney

Exercice de style périlleux que d’allier la Haute Couture française au sportswear… mais pari encore tenu pour bon nombre de créateurs. Conséquence des différents confinements, les looks cocoon et sportwear sont omniprésents depuis quelques saisons et ne feront pas exception au Printemps-Été prochain.

En short et débardeur rose acidulé, la boxeuse Dior s’échappe un peu du lexique vestimentaire de la maison de Haute Couture… Tout aussi surprenant, les tenues confectionnées à partir d’une nouvelle matière, le néoprène, généralement relégué à la fabrication des combis de plongée. Stella McCartney semblait plus inspirée par l’intensité des arts martiaux que par les fonds sous-marins, une violence toutefois atténuée par la douceur rose poudrée d’un kimono matelassé.

 

2/ Les collections unisexes s’imposent

©Miu Miu // ©Raf Simons // ©Enfants Riches Déprimés

Faire dressing commun, l’idée semble faire son chemin dans le prêt-à-porter comme dans la Haute Couture. Les pièces non genrées se multiplient dangereusement : la fluidité des genres sonnera-t-elle bientôt la fin des défilés distincts hommes/femmes ? Chez Miu Miu, la microjupe se porte effilochée, accessoirisée d’une large ceinture et longues chaussettes en maille. La taille se veut volontairement basse, faisant apparaître négligemment la ganse du boxer, façon sagging, pratique largement popularisée par les rappeurs américains des années 90.

Dans le darkness le plus total, Raf Simons  signe une collection de robes droiteschemises oversize ou encore des coordonnés veste de tailleur-jupe ou robe, des looks qui accréditent la thèse du vestiaire genderless. La marque américaine Enfants Riches Déprimés va plus loin en proposant une collection unisexe où même les chaussures plateformes s’adaptent à tous les pieds !

3/ Durabilité et recyclage

©Sonia Carrasco // ©Balenciaga // ©Botter

Limiter l’impact de la mode sur la planète est un enjeu crucial au cœur de tous les débats. De plus en plus de stylistes, Stella McCartney en tête, n’hésitent pas à utiliser leur art pour sensibiliser le plus grand nombre à l’urgence climatique.

Sonia Carrasco s’impose dans un style urbain et bucolique avec des looks confectionnés à partir de matières recyclées (canne à pêche), cuir vegan ou fibres organiques (chanvre ou canne à sucre). Balenciaga préfère quant à lui, l’utilisation de jean recyclé ou de fibres de cactus. Le duo néerlandais de la marque Botter décline toute une palette de matériaux issus de déchets plastiques marinsupcyclés par l’organisation Parley for the Ocea

4/ Le cut out, tout l’art de coudre du vide

©Balmain // ©Courrèges // ©Nina Ricci

« Des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous »… Les paroles de Serge Gainsbourg auraient pu rythmer chaque défilé. Tant pis pour les défenseurs de la mode modeste, les pièces subissent des découpes (plus ou moins subtiles) qui dévoilent partiellement les corps.

Sous l’impulsion d’Olivier Rousteing, la femme Balmain s’affirme en noir subtil, Courrèges sublime le blanc virginal en le teintant de touches métallisées et Elie Saab mise sur l’envoûtement du rouge passion.

Nina Ricci fait la part belle aux découpes plus « pudiques » en usant de superpositions et de contrastes colorés, Givenchy lui préférant un total look lycra décliné en combi.

5/ La lingerie : apparente et désopilante

©Chanel // ©Givenchy // © Rokh

La tendance de la bralette, déjà star des défilés précédents, est rejointe par d’autres pièces de lingerie. Brassières, shortys, bodys ou nuisettes s’affichent comme pièces fortes des looks. Fièrement mis en avant coordonnés à des jupes courtes chez Chanel ou Givenchy, mariés à des volumes asymétriques chez Rokh ou portés sous une veste tailoring jetée nonchalamment sur les épaules chez Zadig & Voltaire.

6/ En maillot de bain, on nage dans le bonheur ?

©Chanel // ©Isabel Marant // ©Ottolinger

Encore plus surprenant que les dessous portés dessus, les maillots de bain passent du sable à l’asphalte ! Chanel, tout en black and white, a consacré l’ouverture de son défilé à une dizaine de silhouettes très city, vêtues de bikinis ou de maillots 1 pièce. La présentation d’Isabel Marant est une invitation à plonger dans le grand bain en simple slip, assorti, telle une évidence qui n’en est pas une, d’une blouse matelassée à manches longues. Coperni couvre également le haut en dévoilant entièrement le bas, tandis qu’Ottolinger réinvente le haut de maillot version crinoline de buste. Peut-être le nouveau push-up ?

7 / Des pièces en XXL pour en imposer

©Acne Studio // ©Weinsanto // ©Dries Van Noten

Mais pourquoi tant de volumes ? Meilleure occupation de l’espace durant les défilés ? Pied de nez à la grossophobie ? Mystère, mais il n’en demeure pas moins que certaines silhouettes sont DIF-FOR-MES.

Sorties tout droit d’un vestiaire hybride, les manches dans leur version extra longue, ont été repérées chez Acne Studios ou Valentino, dans leur version extra larges, chez Weinsanto ou Dries Van Noten.

©Lowe // ©Vivien Westwood // ©Louis Vuitton

Mais attention, les hanches disproportionnées n’ont rien à leur envier comme chez LoeweVivienne Westwood ou encore Louis Vuitton

8/ Blazers et épaulettes

©YSL // ©Vuitton // ©Acne Studio

L’expression populaire, « avoir les épaules larges » illustre parfaitement la tendance. Les carrures oversize s’affichent monochromes chez Saint Laurent, bicolores chez Vuitton ou en version cuir chez Acne studios. Leur point commun ? Des épaulettes qui structurent avec prestance la silhouette.

9/ Du jaune, du color block et du multicolore en toute discrétion

©Balenciaga // ©Dior // ©Marine Serre

Le soleil irradie sur les catwalks parisiens : le jaunecouleur Pantone 2021, tient le haut du podium dans des déclinaisons de jaune poussin, tournesol, citron, voire jaune fluo. Repérée notamment lors du défilé Balenciaga, Kwaidan Editions, ou celui de Dior, la couleur pourtant la plus détestée des français semble enfin tenir sa revanche.

En plus du jaune, Dior fait la part belle aux couleurs vives dans des looks color block comme le orange intense, le vert kelly, ou le rose fuchsia. YSL succombe lui aussi au charme du monochrome. Marine Serre revisite les torchons de cuisine pour donner vie à des designs en tricots multicolores quand Acne Studios fait appel à la couleur, par touches plus discrètes.

10/ Les imprimés

©Lanvin // ©Marine Serre // ©Paul Smith

Les imprimés ont trouvé leur place face aux looks mono block… et il y en avait vraiment pour tous les goûts ! Flower power pour la maison Lanvin avec des fleurs jaunes XXL, tartan dans des camaïeux plus classiques beige et lie-de-vin pour Marine Serre.

Façon marinière revisitée, Chanel s’est fendu de rayures horizontales, tout comme Paul Smith, pour annoncer l’été.

Un été définitivement placé sous le signe de la dérision et d’une certaine gaieté.

Auteur :
Source : www.textileaddict.me

Qu'est-ce que tu penses?

9613 points
Upvote Downvote

Pourquoi Et Comment Offrir Un Bouquet De Fleurs À Sa Compagne ?

Bvlgari présente sa nouvelle campagne 2021 MAGNIFICA