Mohamed Boutaleb

0

Cet entrepreneur visionnaire dirige plusieurs entreprises en France, Algérie et Maroc, dans des domaines très diversifiés : le Centre de Fitness, Big Call, FPS et France Isolation

Quelle est votre formation et a-t-elle contribué à votre réussite professionnelle ?
Je n’ai aucune qualification, aucun diplôme. J’ai tout appris dans les rues de mon quartier à Schiltigheim, en Alsace. J’ai été livreur de pizzas durant ma jeunesse, pour subvenir aux besoins de ma famille. En été, je vendais différentes choses à la foire foraine : des maillots de football, des baskets, etc. je pense que c’est de là que vient mon apprentissage du commerce. Un jour, une dame m’a proposé un job d’été, qui consistait à vendre des ouvrages. J’ai hésité avant d’accepter. Mais elle m’a convaincu en me citant Bernard Tapie, dont la carrière a débuté dans la vente de téléviseurs en porte-à-porte. Au bout de 3 mois, j’ai été classé meilleur vendeur de France ! C’est là que j’ai décidé de faire carrière dans la vente.

Quelle était votre stratégie de vente ?
Vous savez, dans la vie, je suis de nature très timide, mais dans le monde du travail, je suis un fonceur.
Le plus dur n’était pas de sonner chez des inconnus, c’était plutôt de leur vendre des ouvrages, alors même que je n’apprécie pas la lecture (rires) ! Cela a été un vrai challenge. Être le meilleur était ce qui me motivait en premier lieu. Cette pression, je la transformais en positif. Certaines personnes sont faites pour le football, d’autres pour l’art… Pour ma part, j’excellais dans la vente directe.

Quel a été le déclic pour ouvrir votre Centre de Fitness ?
J’ai ouvert ma salle de sport lorsque je me suis lancé dans la vente d’alarmes. Un jour, alors que l’un de mes commerciaux était en clientèle dans un établissement pour finaliser une vente, j’ai dû, en qualité de directeur, le rejoindre sur-place suite à un litige survenu entre les deux parties. Une fois sur les lieux, j’ai noué des relations cordiales avec la propriétaire qui possédait plusieurs salles. J’ai alors saisi l’opportunité d’investir dans une salle de sport et ce, bien que je ne sois pas très porté sur le sport, mis à part ma passion pour le football.

Le domaine de la santé et du sport sont très concurrentiels. Comment vous démarquez-vous ?
J’ai la chance de posséder un centre d’appels, «Big Call», que je pilote depuis le Maroc. Il sert de plateforme à toutes mes entreprises basées en France. Nous organisons des campagnes «Portes Ouvertes», durant lesquelles nous invitons le grand public à un essai gratuit de la salle de sport.

Pourquoi investir dans un centre d’appels au Maroc ?
Dans le passé, je collaborais avec un call center, dont le service ne me satisfaisait pas. Pour y remédier, l’idée alors d’investir dans un centre d’appels a germé (sourire).

Vos valeurs-phares dans le travail ?
L’écoute, l’humilité et la disponibilité. Je veille à être proche de mes collaborateurs, qui peuvent à tout moment pousser la porte de mon bureau.

Avez-vous un mentor ?
Ma mère Rabha. Je lui dois beaucoup. Elle a toujours cru en moi, m’a soutenu dans les bons comme dans les mauvais moments, et m’a toujours motivé. Je dois aussi énormément à mon ami, «Numéro 14», qui a su être là pour moi.

Arrivez-vous à concilier vie privée et vie professionnelle ?
Il est vrai que cela est compliqué, surtout depuis que mes activités se sont développées. Je travaille entre la France, l’Algérie et le Maroc. Je suis donc tout le temps en déplacement. J’ai toutefois la chance d’avoir une femme et des enfants et qui me soutiennent.

Vous semblez accorder de l’importance à votre apparence. Quelle est votre marque de vêtements favorite ?
J’en apprécie plusieurs. Actuellement, je penche vers Dsquared2. Cette marque select est portée par peu de gens et fait peu l’objet de contrefaçon car difficile à imiter.

Vous investissez massivement au Maroc. Pourquoi ?
Le Maroc me rappelle l’Algérie, mon pays d’origine. Nos cultures ont beaucoup de similitudes. J’aime son climat, ses gens accueillants et chaleureux, et l’on peut discuter de tout et de rien avec tout le monde. Les Marocains sont travailleurs et font preuve de grand respect envers leurs supérieurs hiérarchiques. Ici, on ne vit pas dans le même stress qu’en France. Cet état d’esprit m’a permis, avec mon associé Nabil Ait Messaoud, de me pencher sur la Crypto monnaie, le Maroc est un très beau pays qui offre beaucoup d’opportunités d’affaires.. à suivre!

Comment disposez-vous de votre temps libre ?
Je passe autant de temps que possible avec ma famille. Je dépense également mon temps libre à réfléchir, innover, et faire évoluer mes entreprises. Le travail constitue pour moi une véritable passion.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes ?
Je leur conseillerais de croire en eux et de persévérer. Ne surtout pas abandonner au premier échec. Pour cela, il s’agit d’avoir un mental fort. Autre élément important: l’intégrité. Nos jeunes se doivent d’adopter une ligne de conduite irréprochable, de se montrer humbles, de respecter leurs collaborateurs, sans lesquels l’entreprise ne peut fonctionner. Enfin, je dirais que le secret de la réussite réside dans le travail, le travail et encore le travail !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire s'il te plait
Veuillez entrer votre nom ici

*

code