Said el malouli – Architecte

0

En quoi consiste le métier d’architecte ?
L’architecte va dessiner, suite à la demande d’un client, les plans qui permettront de construire des villas, des bâtiments publics ou des immeubles. Il va, par la suite, suivre toutes les étapes de réalisation du chantier jusqu’à la livraison. J’ai ouvert mon cabinet d’architecture à Marrakech en 2009 pour pouvoir également gérer la partie design et conception d’une création. Il est essentiel pour moi de s’occuper de tous les aspects d’un projet, du début à la fin.

Comment avez-vous abordé l’architecture ?
Par passion, car j’ai dessiné toute ma vie. Je suis également peintre, je réalise des tableaux. J’ai fait une école de stylisme, et comme j’ai toujours nourri le rêve de créer, j’ai décidé de devenir architecte. C’est un métier qui nécessite de solides bases en dessin, car concevoir un projet exige une précision au millimètre près. C’était donc parfait pour moi!

Quels types de bâtiments préférez-vous réaliser ?
J’affectionne particulièrement la réalisation de villas d’architecte. Je suis également spécialisé dans le secteur de la santé. C’est d’ailleurs rare de rencontrer des architectes qui travaillent dans ce domaine, car la construction d’une clinique est très technique. En termes d’hygiène, par exemple, il est essentiel de séparer les zones à risques des zones saines. Sans oublier le pôle hôtelier pour l’hébergement avec les chambres et, bien sûr, le côté esthétique. Ce sont donc des projets qui nécessitent beaucoup de travail. J’ai réalisé plusieurs établissements hôteliers de luxe à l’étranger, tel le Four Seasons, ainsi que des hôtels 5 étoiles en Crête ou encore l’Hôtel Thalassa à Chypre. Je me suis aussi spécialisé dans le domaine de l’éducation, qui accuse un important besoin en écoles et universités au Maroc. Ce secteur nécessite un aménagement et une séparation des espaces bien spécifique.

Quels sont les designers dont le travail vous inspire le plus ?
Les grands designers qui m’inspirent et que j’admire le plus dans l’architecture sont Zaha Hadid, Frank Owen Gehry, le japonais Tadao Ando et Norman Foster.

Quel détail retrouve-t-on dans tous vos projets ? En somme, votre signature.
Ma marque de fabrique est un porte-à-faux de 6 ou 7 mètres. J’aime aussi les structures fines, épurées et simples, car mon objectif est de montrer la force de la structure plutôt que la force du design. J’utilise uniquement des matériaux modernes et récents, afin que mes constructions durent vraiment très longtemps. Je porte une attention particulière à la façade extérieure. Aussi, j’utilise des formes géométriques car je n’apprécie pas les structures munies de plusieurs poteaux, je leur préfère celles qui sont plus futuristes, aérées. Pour finir, le plus important pour moi est le confort, pouvoir circuler aisément à l’intérieur et avoir une décoration reposante pour l’œil.

Le projet le plus original qui vous a été commandé ?
Une clinique installée sur un golf à Bouskoura, près de Casablanca, dont j’ai déjà réalisé la maquette. Je me suis inspiré du terrain et des drivers, les fers des clubs de golf. J’ai dessiné des formes très géométriques, en m’inspirant des projets de Zaha Hadid et de Frank Owen Gehry. J’ai eu envie d’intégrer une architecture moderne, avec une toiture métallique, des formes géométriques et organiques, tout en restant sur le thème et les volumes d’un golf. C’est une clinique qui sera sur l’eau, c’est donc un concept très original.

Quels sont vos projets à venir ?
D’autres cliniques, des écoles, de grandes villas et ce, dans différentes villes du Maroc. Actuellement, je prépare un projet pour la ville de Marrakech, à titre gracieux. C’est un chantier très délicat et très important pour moi. J’ai l’ambition de créer une tour qui représentera l’histoire de la ville, comme la tour Eiffel à Paris. Cette tour mesurera au minimum 100 mètres de hauteur. À son sommet, un restaurant surplombant la ville accueillera les visiteurs qui y accèderont par un ascenseur. Il y aura des arcades, fruit du mélange des styles traditionnel et moderne. Je tenterai de créer une structure un peu futuriste, où l’histoire des dynasties du Maroc sera écrite sur l’un des murs. Un grand passage souterrain doté d’un circuit panoramique permettra aux promeneurs de déambuler et d’admirer des artistes de rue : musiciens, peintres, danseurs, comédiens, etc., avec une projection panoramique en direct de Jamaa El Fna. Ce sera la place des artistes, un passage animé pour les touristes étrangers et nationaux. Je suis fier de pouvoir faire quelque chose pour mon pays, en mettant à profit mes 24 années d’expérience en Europe.

Pour conclure, quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs pour réussir leur décoration ?
De favoriser la créativité. Pour cela, il faut aller à des expositions, chercher les bons matériaux, prendre son temps pour créer. D’autant plus que nous avons aujourd’hui accès à un grand nombre de sources d’inspiration, tels les voyages ou l’internet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire s'il te plait
Veuillez entrer votre nom ici

*

code